Vendredi 2 décembre 2016

par evaz

S’occuper des aînés

Comme toutes mamans, mais cela est valable aussi pour les pères!

 Je me suis demandée comment j’allais m’organiser à l’arrivée d’un nouveau bébé.

Comment réussir à m’occuper de grands bambins et de mon nouveau né en même temps avec seulement deux bras.

Je ne m’imaginais pas diviser mon temps entre mes enfants. Je voulais pouvoir concilier les activités de la plus grande avec la présence du petit frère.

Finalement c’est dans la simplicité la plus extrême que j’ai placé mon tout petit contre moi dans l’écharpe.

Apaisé, calme, souvent endormi au début il profitait du contact de mon corps pour se construire en petit être en devenir.

De mon coté j’étais rassurée de pouvoir veiller sur lui, de pouvoir être immédiatement présente et disponible lors qu’il en aurait besoin.

 

Et puis il y avait ma fille ! Qui devait apprendre a devenir grande sœur. Mais a son rythme seulement.

Elle était ravie de pouvoir profiter de sa maman pour jouer, discuter, se promener, de pouvoir admirer avec fierté son petit frère paisible.

Nous étions tous serein de cet équilibre! Il en était de même pour conjoint qui profitait également du portage pour se conforter dans l’idée que finalement agrandir la famille n’était pas un challenge impossible.

Un peu de tissu, une pointe de feeling et beaucoup d’amour suffisait a nous simplifier la vie au quotidien.

Le portage m’a permit chaque jour de pouvoir gérer aînée et cadet dans chacune des activités du quotidien.  Mes enfants prenaient place a tour de rôle dans l’écharpe ou le porte bébé pour profiter le temps d’un instant du réconfort du contact parental.

Et au final mes bras, eux restaient disponibles pour d’autres tâches: Aider aux devoirs tout en endormant bébé, gérer les activités manuelle de la grande tout en donnant le sein,  emmener ma fille en forêt à la recherche de champignon et câliner bébé qui se réveille tranquillement de sa sieste. Je pouvais tout gérer en même temps, très simplement.

Mon nouveau né s’éveillait à la vie au gré de nos moments passé l’un contre l’autre. Comme si la grossesse et sa fusion ultime n’était qu’une étape préliminaire. Que sa naissance était en réalité le vrai départ et que tout était encore a apprendre. Mais il fallait de la douceur, du temps et de l’amour.

Mon aînée quand a elle, savourait a nouveau des instants de portage qu’elle avait délaissé quelques mois plus tôt pour satisfaire sa curiosité du monde les deux pieds sur terre. Elle en a eu besoin pendant quelques temps. Juste pour comprendre qu’elle était toujours elle et que j’étais toujours sa maman et  aussi longtemps qu’elle en aurait besoin   je serais là pour elle. Les jours ont passé et elle a pris confiance, retrouvé son autonomie et son indépendance. Puis c’est dans l’imitation qu’elle a continué son aventure avec les écharpes. Commençant à  son tour a porter ses peluches et poupons. Avec beaucoup d’amour là encore ….

De jeux, en promenade, de temps calme en chorégraphies endiablées, le portage devenait au fil des jours mon allier, celui qui permettait de m’occuper de plusieurs enfants d’âges et de besoins  différents en même temps.

Grâce au portage je me suis sentie forte, je n’irais pas jusqu’à dire que c’était simple tous les jours mais juste que si c’était a refaire je ne changerai rien …

 

 

 

soyez le premier à répondre

· · · ◊ ◊ ◊ · · ·

ajoutez votre commentaire :